Tag Archives: Malgorzata Digaud

Culte Radio Espace 2

Photo 3Culte Radio l’ESPACE 2 diffusé le 17 janvier 2016 à 10h

Nathalie Schopfer, Pasteure
Depuis : Centre paroissial de Bernex (2/3)
Organiste : Béatrice Allanic
Musicien : Choeur de chambre de l’Ensemble Jean-Philippe Rameau, sous la direction de Malgorzata Baluszynska-Digaud, Présentation : Sabine Petermann

Vivre ensemble: par-delà nos différences, ce qui nous rassemble

Avec la participation du Choeur de chambre de l’Ensemble Jean-Philippe Rameau qui propose l’interprétation d’oeuvres chorales a cappella (Mendelssohn, Rachmaninov, Chailley, Botor…)

Musique de Karl Jenkins

Affiche Jenkins

Concerts exceptionnels – 200 artistes sur scène – 30 nationalités

L’Ensemble Jean-Philippe Rameau du Pays de Gex (France), Chœur de Saubraz (VD) et l’Orchestre de Chambre de Genève proposent trois concerts de musique du compositeur Gallois Karl Jenkins, une production transfrontalière, d’ambition professionnelle et d’envergure internationale :

  • Vendredi 6 mai à 20h – Victoria Hall à Genève,
  • Samedi 7 mai à 20h – l’Esplanade du Lac à Divonne-les-Bains,
  • Dimanche 8 mai à 17h – Temple de Morges (CHF)

    Au programme :

    Stabat Mater, une œuvre à l’écriture classique invitant des moments de musique orientale dans un mélange harmonieux vecteur d’une même émotion, accessible à tous publics, rappelant l’universalité de notre humanité, quelle que soit notre culture.
    The Bards of Wales (première en France et en Suisse), puissant et lumineux, met en musique le poème éponyme de János Arany, un texte
    déterminant dans l’histoire de la Hongrie et célébrant la lutte contre les oppressions. C’est pourquoi les chœur organisateur a invité le Chœur de Dunaújváros (Hongrie) à se joindre à nous.

Mais la dimension de ce projet ne s’arrête pas à l’Europe, puisque les chanteurs et musiciens se mettront sous la direction de Jonathan Griffith, chef d’orchestre américain qui dirigea les chœurs sur la scène du Carnegie Hall à New York en 2014.
Solistes : Rhys Meirion – Tenor, Emerik Malandain – Baryton, Baidar al Basri – Voix orientale, Hélène Čajka McClellan – Alto
Chœurs : Ensemble Jean-Philippe Rameau du Pays de Gex, France, Chœur de Saubraz, Suisse
Direction artistique : Malgorzata Digaud-Baluszynska, Direction vocale : Éric Digaud et Chœur de Dunaujvaros,
Hongrie, Direction : Ágnes Könyves et Gergely Kurucz

Plus d’infos : www.karljenkinsmusic.org

 

Messe de Minuit de Charpentier

220px-MA_Charpentier_IIMesse de Minuit de Charpentier et les œuvres chorales a cappella,
Les 9, 10 et 11 décembre 2016 par l’Ensemble Jean-Philippe Rameau, l’Ensemble Baroque de Joux, direction : Malgorzata Digaud-Baluszynska.
Plus d’infos : http://www.jeanphilipperameau.org

Si Elias m’était conté

Au programme : Les plus beaux chœurs de l’Oratorio Elias de Felix Mendelssohn (1809-1847).

 Textes de liaison : Pierre-Jacques Goujon, Récitant : Benoît Allemane, Piano : Annabelle Trinité, Direction : Malgorzata Digaud-Baluszynska
Ensemble Jean-Philippe Rameau – choeur classique du Pays de Gex

samedi 5 décembre à 20h30 – Théâtre du Bordeau à Saint Genis-Pouilly
dimanche 6 décembre à 17h – Eglise Sainte Bernadette à Annecy
mercredi 9 décembre à 20h30 – Salle Pierre Jaques à Versonnex

Réservation : Office de Tourisme :
Saint Genis-Pouilly : +33 4 50 42 29 37,
Ferney-Voltaire : +33 4 50 28 09 16,
Annecy : +33 4 50 45 00 33

Par tél. : +33 4 50 41 18 45 de 17h à 20h,
Par mail : info@jeanphilipperameau.org
Sur place, une heure avant le spectacle

Tarif : 20 € – gratuit jusqu’à 16 ans
Un buffet spécial de Noël sera proposé à partir de 19hà Saint Genis-Pouilly et à Versonnex

Pour ce concert exceptionnel et dans l’esprit de la période de Noël, l’Ensemble Jean-Philippe Rameau – chœur classique de Versonnex a choisi une histoire du prophète Elias à travers les plus beaux chœurs de l’Oratorio Elias de Felix Mendelssohn, compositeur romantique du début du XIX siècle qui a composé ce grand chef-d’œuvre en 1846. Le Prophète Elie est un personnage haut en couleur, plein de fougue et de zèle qui progresse au fil de l’oratorio dans la connaissance de lui-même et de Dieu. C’est une partition, qui magnifie la puissance, l’art des nuances et le sens dramatique de toutes les voix. « C’est magnifiquement grand et d’une somptuosité harmonique indescriptible », confie Berlioz à l’issue d’une exécution à Londres en 1848.
Les textes de liaison ont été créés par Pierre Jacques Goujon et seront récités d’une voix charismatique par une grande personnalité du cinéma français : Benoît Allemane : La voix de Benoit Allemane, vous l’avez forcément entendue au moins une fois dans votre vie ! Son timbre chaleureux le place parmi les plus belles voix de la “toile sonore“

Billetterie  – Versonnex

4ème Festival International de Musique à Wuhan


QTYYT_frontConcert de clôture le 25 octobre 2015 sous la direction de Liu Peng, avec l’Orchestre Philharmonique de Wuhan. Au programme : 9ème Symphonie et Choral Fantasy op. 80 de Beethoven

Festival international de musique de Wuhan : 

Le festival propose un programme qui traversait les continents pour capter les ondes d’interférence entre musique d’Orient et d’Occident, organise des conférences, Master-class et concerts en soirée, beaucoup de célèbres artistes internationaux sont invités par le festival ces derniers années comme : Vladimir Ashkenazy, Yoyo Ma, l’orchestre de Paris sous la direction de Paavo Jarvi, Stuttgart Chamber Orchestra sou la direction de Matthias Foremny……et les autres.

 Wuhan : est la capitale de la province du Hubei, en Chine. C’est la douzième ville la plus peuplée du pays, et la deuxième plus grande ville de l’intérieur, après Chongqing. Découlant de l’agglomération de trois villes : Wuchang, Hankou et Hanyang, Wuhan est connu comme étant une plaque tournante du transport, avec des dizaines de chemins de fer, de routes et d’autoroutes traversant la ville. En raison de son rôle clé dans le transport intérieur, Wuhan a parfois été appelé le « Chicago de la Chine ». La ville de Wuhan regroupe en 2013 : 10,2 millions habitants. Au plein centre de la Chine, sur l’axe qui relie Pékin à Canton, Wuhan est une mégapole industrieuse qui n’a pas été la dernière à suivre les nouvelles orientations économiques de la capitale chinoise. A son image, le campus universitaire très animé abrite le conservatoire de la province de Hubei (58 millions d’habitants!), l’un des neuf conservatoires nationaux de la Chine. Il compte plusieurs milliers de jeunes instrumentistes pratiquant les instruments tant traditionnels qu’occidentaux. La relation entre Wuhan et la France débute en 1966, sous l’impulsion du Général de Gaulle et de Zhou Enlai, le Premier ministre de Mao Zedong, qui a étudié en France. « Ils ont décidé de faire de Wuhan, la ville modèle de la coopération franco-chinoise.

Carte Wuhan ChineDans la Chine de Mao, cette coopération est d’abord universitaire. Le département de français de l’université de Wuhan, l’un des meilleurs de Chine, est bien sûr en première ligne. Mais pas seulement. En médecine, un partenariat étroit, avec échange d’enseignants et d’élèves, est noué avec l’université de Nancy. Avec l’ouverture de la Chine à l’économie de marché danes années 1980, la coopération est devenue économique. C’est PSA Peugeot-Citroën qui ouvre le bal en 1992, la ville concentrait 40% des investissements français dans le pays en 2012 et le plus grand nombre d’entreprises françaises installées, selon Serge Lavroff. Eurocopter, la Société générale, L’Oréal, Pernod Ricard, Alstom, Total ou Alcatel y sont présents. Air France a ouvert l’an dernier la première ligne entre l’Europe et Wuhan.

THE SINGING WORLD à Saint Pétersburg

Singing_World_230x70L’Ensemble Jean-Philippe Rameau – choeur classique du Pays de Gex (siège à Versonnex, France), dirigé par Malgorzata Digaud participe au INTERNATIONAL FESTIVAL OF CHORAL ART «THE SINGING WORLD» du 31 juillet au 5 août 2015 à Saint Pétersburg, Russia.

The International Festival of Choral Art is being held as an event envisaged at promoting the art of choral singing and a rendezvous of the talent and artistic perfection of choirs from all over the world. It is aimed at establishing artistic mutual relations and bringing together the choirs from St Petersburg, regions of Russia and other countries with the view to present and enlarge the array of singing traditions and choral repertoire, both time-tested and innovative.

The main goals of the festival :
rally concerts of ensembles and choirs of various artistic trends and styles who perform choral music of different epochs;
creating and encouraging a welcoming atmosphere for professional dialogue to share experiences and repertoire;
joint performances of professional and amateur choral groups from different countries of the world;
exposing a broader audience to choral culture and mastery of choirs from all over the world;
discovering new names and talents in choral singing;
involving music producers and managers in the organisation of further presentations of the choir. logo_150

Participants :
The Festival is open to Mixed, Men’s, Women’s and Children’s Choirs and Chamber Vocal Ensembles too (with a minimum of 3 singers).
In the Festival take part the Choirs from all over the World, which desires to perform its cultural work.
The age of participants is not restricted.
The Festival organizers look forward to hosting professional and amateur choirs and choral ensembles.

Festival shedule :
July 31 Arrival of the participants in St.Petersburg. Registration in Organizing Committee
18.00 – the Official Opening ceremony,
Gala-concert of the participants
August 1 – 4 Concerts and performances on the main venues of St.Petersburg.
Master classes, workshops and choral studios.
Presentation for conductors and directors of the choirs « The Fair of The Festivals »
August 2 – 3 International Choral Competition « The Singing World »
August 4 16.30 – Presentation of awards, diplomas and souvenirs.
After ceremony the round table with members of jury.
19.00 – The contest of Laureates for Gran Prix. Concert of the winners of International Choral Competition « The Singing World »
August 5 18.00 – the Official Closing ceremony, presentation diplomas
Gala-concert of the participants

Misa Criolla de Ramirez

A5_EnsRamCriolla_EXEConcert Musique latino – américaine

Vendredi 29 mai à 20H30, Amphithéâtre du CERN
Samedi 30 mai 2015 à 20:30, Eglise de Cessy,
Dimanche 31 mai à 17h, Eglise de Thoiry

Au programme :
Hanacpachap (Padre nuestro) – Anon. Cuzco SS. XVII
Los coflades de la estleya Juan de Araujo (1646-1712)
Misa à San Ignacio – Domenico Zipoli (1688-1726)
Misa Criolla – Ariel Ramirez (1921-2010)

Carlos Diaz – Chant, guitare (Argentine), Raúl Chacón – Charango (Bolivie), Aroldo Jimenez – Flûtes, percussion (Peru), Orlando Rodriguez – Contrebasse (Peru)
Malgorzata Digaud-Baluszynska – Direction

Infos et réservations :
www.ensemblejeanphilipperameau.org
info@jeanphilipperameau.org
tél. +33 608644804

 

The Music of Karl Jenkins, a 70th Birthday Celebration

Le chœur classique Ensemble Jean-Philippe Rameau a deux ans. Une existence brève mais ô combien riche en événements artistiques !Son nom l’indique : l’Ensemble est plutôt tourné vers la musique baroque. En effet, Jean-Philippe Rameau, né en 1683, était un proche contemporain de J.S. Bach et de G.F. Haendel. Il reste l’un des plus grands compositeurs français de ce temps.Ainsi, les premiers concerts du chœur en 2012 et 2013 avaient pour thème la musique du siècle des lumières avec notamment le magnifique « De Profundis » de Delalande, le « Gloria » de Vivaldi, des extraits d’opéra de Lully et de Rameau ainsi que de la musique sacrée étrangère de la même époque.Et pourtant … Malgorzata Digaud, la Directrice de l’Ensemble Jean-Philippe Rameau, a fait un grand écart vers la musique contemporaine. C’était en novembre 2012. Elle a réuni 180 choristes et 80 musiciens pour interpréter le Requiem de Karl Jenkins. Suite à l’enregistrement de l’un des 4 concerts donnés à Divonne et en Suisse – notamment à la Cathédrale de Genève – Madame Digaud est invitée au Carnegie Hall à New York.Ce sera en janvier 2014 qu’elle s’y rendra avec 70 choristes franco-suisses de l’Ensemble Jean-Philippe Rameau. Le «Benedictus » dirigé par le Maestro Jenkins lui même et « The Bards of Wales » du même compositeur (en première aux US !) seront chantés par les choristes de l’EJPR et 250 voix venues du monde entier. (26.8.2013/Hermine Lamy)

Voir aussi le reportage sur France 3
Renseignements au 06 08 64 48 04.
www.ensemblejeanphilipperameau.org

Fans in New York – Karl Jenkins‘s brilliant Bards of Wales gets its US premiere January 2014, with Distinguished Concerts International New York, at Carnegie Hall!
Spread the word – you can get your tickets here now!
http://www.carnegiehall.org/Calendar/2014/1/20/0700/PM/Distinguished-Concerts-International-New-York/

Jonathan Griffith, DCINY Artistic Director and Principal Conductor

Jenkins: Stabat Mater
Jenkins: The Bards of Wales (US Premiere)
Jenkins: Benedictus from The Armed Man: A Mass For Peace
Karl Jenkins , Composer-in-Residence

Soloists:
Rhys Meirion, Tenor

Charlotte Daw Paulsen, Mezzo-soprano
Belinda Sykes, soloist
Darik Knutsen, Baritione
Samuel Smith, Bass-baritone

Rossini – Petite Messe Solennelle

Samedi 16 novembre à 20h00, Esplanade du Lac, Divonne-les-Bains
Dimanche 17 décembre à 17h00, Temple de Saint Gervais à Genève
Agnès Perret, soprano, Hélène Cajka McClellan, alto, Jean-Luc Drompt, ténor, Guillaume de Montauzon, basse,
Denis Frenkel, piano
Norberto Broggini, harmonium
Ensemble Jean-Philippe Rameau – Choeur classique du Pays de Gex
Malgorzata Digaud-Baluszynska, direction

Réservations pour Divonne
Office du tourisme de Divonne les Bains tel. 04 50  20 01 22
Office du tourisme de Gex-la-Faucille tel. 04 50 41 53 85
Office du tourisme de Ferney-Voltaire tel. 04 50 28 09 16
ou une heure avant le concert
Prix des billets 20 € (gratuit jusqu’à 12 ans)
Ce concert est réalisé en partenariat avec le Rotary Club du Pays de Gex
Les bénéfices seront versés à l’Association AGITH de Ferney-Voltaire

Réservations pour Genève :
Service Culturel Migros 7, Rue du Prince, tel 41 22 319 61 11
Stand info Balexert, tel. 41 22 979 02 01

La Petite messe solennelle est une œuvre de musique sacrée (messe) pour solistes, chœur, un piano et un harmonium de Gioachino Rossini, créée le 14 mars 1864 à Paris.
C’est à la demande du comte Alexis Pillet-Will, que Gioachino Rossini compose en 1863 dans sa maison de campagne de Passy, la Petite messe solennelle. Rossini a alors 71 ans et a officiellement pris sa retraite depuis 34 ans. Il adresse au « Créateur » une dédicace en forme de boutade :
«Bon Dieu. La voilà terminée cette pauvre petite messe. Est-ce bien de la musique sacrée que je viens de faire ou de la sacrée musique? J’étais né pour l’opera buffa, tu le sais bien! Peu de science, un peu de cœur, tout est là. Sois donc béni et accorde moi le Paradis.»
Dans sa version d’origine, l’exécution de la messe requiert quatre solistes (soprano, contralto, ténor et basse), un chœur mixte, deux piano-forte et un harmonium, auquel se substitue parfois un accordéon, selon l’idée première de Rossini, mais jugé à l’époque de la création trop «populaire» pour un cadre religieux. Ce faible nombre d’exécutants contraste avec la dimension des formations utilisées à cette époque pour interpréter les grandes œuvres de musique sacrée. C’est ce qui a valu à cette messe le qualificatif de petit.
En 1867, Rossini orchestre sa messe pour un effectif instrumental beaucoup plus important (2 flûtes, 2 hautbois, 2 clarinettes, 3 bassons, 4 cors, 3 trombones, ophicléide, orgue et cordes) «pour ne pas laisser à d’autres le soin de le faire». Cette seconde version est créée, de façon posthume, le 28 février 1869 au Théâtre-Italien avec Gabrielle Kraus, Marietta Alboni, Ernest Nicolas et Luigi Agnesi en solistes.
Les jugements sur les deux versions divergent. Certains musicologues expliquent que la version orchestrée est de nos jours préférée à l’originale; d’autres expliquent que le piano donne tout son «mordant» à la version originale.
La partition, dont l’exécution dure environ une heure et demie, est divisée en deux parties de sept numéros chacune (soit quatorze au total) et mêle rythmes de marche et tempos majestueux, sur des harmonies parfois surprenantes.(Source: Wikipédia)

 

La MMV et le Requiem de Karl Jenkins

18.11.2012 par Lucette Robyr (Versoix Région, num.224 déc. 2012)

Ce dimanche 18 novembre 2012, c’est à la Cathédrale St-Pierre à Genève – en présence des autorités versoisiennes, de hautes personnalités et d’un public enthousiaste de plus de 1100 personnes salué par M. Alain Riat, président de la MMV – que la Musique Municipale de Versoix nous offrit un magnifique concert. Certes, elle n’était pas la seule, puisqu’elle était accompagnée de la Musique d’Harmonie « Les Armes-Réunies de la Chaux-de-Fonds ».
Vous l’aurez compris ! Pour chanter un requiem, il faut des chœurs : celui de l’Avenir de Saubraz, celui des dames « L’Hirondelle » de Yens, le chœur d’hommes de Yens-Gimel-Apples et l’ensemble Jean-Philippe Rameau du Pays de Gex, soit au total 200 choristes et 80 musiciens (dirigés alternativement par M. Claude Surdez et Mme Malgorzata Digaud). Couronnement d’un concert donné préalablement à Yens sur Morges, La Chaux-de-Fonds et Divonne-les-Bains. Terminer dans une cathédrale, aussi renommée que celle de St-Pierre, n’est-ce pas rendre hommage à cette musique sacrée qu’est un Requiem ?

L’œuvre de Karl Jenkins, né en 1944, compositeur et musicien gallois fut adaptée et transcrite pour harmonie et direction d’orchestre par Claude Surdez, directeur de la MMV. Succès sur toute la ligne. La musique développait ses sonorités avec fougue ou délicatesse, sensibilité ou exubérance. Mais souvent, au cours des différents morceaux, sous l’effet des flûtes, hautbois, clarinettes, cors et trompettes, ce n’était que prière et méditation. Ce requiem, écrit en 2005, dédié à son défunt père, «qui était un musicien, un ami et une inspiration », note le compositeur, intègre dans son œuvre des petits poèmes japonais sur des airs de Shakuhachi (longue flûte à bec en bambou propre au Japon) interprétés par Dieter Nanz, maître-flûtiste et musicologue. Idée originale, s’il en est, d’insérer ces reflets de la nature évoquant la neige, les fleurs de cerisier, l’eau, la lune, les nuages, l’esprit qui erre dans les champs après avoir pris congé de la vie avec une bénédiction. Chants en latin, chants en japonais dégageaient avec finesse leurs gammes de solos (solistes ou instruments). Honneur aux soprani Rachel Flühmann (mezzo-soprano), Marie Gogniat, Cécilia Urfer, à la harpiste Elodie Wuillens,  à l’hautboïste et au flûtiste.
Chaque morceau musical traduisait le chemin de lumière vers laquelle s’ouvre le défunt : larmes, tristesse, colère, miséricorde, crainte et pitié, repos éternel. Mais combien est belle l’arrivée dans la lumière, âme accueillie par les anges et conduite au paradis ! Lorsque la harpe égrène ses notes, puis flûtes et clarinettes seules, c’est le chagrin qui se dessine en filigrane. On ne saurait rester insensible au bourdon qui retentit et à cette atmosphère mélancolique de souffrance ; les percussions dans toute leur puissance, non seulement nous font entrevoir le Jugement dernier, mais aussi l’entrée dans la joie de la Jérusalem céleste. (Dies irae et In Paradisum).

Chœur et orchestre ont si bien rendu cette longue progression de la mort à la vie par une exécution parfaite des intensités variables de la voix en un ensemble imposant et harmonieux, soutenu et enjolivé par l’expression des timbres et des sonorités des instruments, expression subtile aux influences japonaises, que le voyage du défunt semblait plein de mystère, de sagesse et de libération.
Une véritable ovation fut faite à tous les artistes qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes et sans aucun doute, c’est avec des milliers de fleurs qu’on leur adresse à tous, aux bénévoles, donateurs, annonceurs et les grands soutiens, nos vifs remerciements et sincères félicitations pour cette lumineuse soirée musicale. Longue vie à la MMV.

Photos J. Robyr