Ensemble Jean-Philippe Rameau

200 choristes et 80 musiciens pour un grand concert

de Suzanne BEL  (Le Dauphiné Libéré le 22/09/2012)

Le premier grand rendez-vous musical de l’Ensemble Rameau est actuellement en pleine préparation.
Depuis mai dernier, Malgorzata Digaud, chef de chœur et Éric Digaud, son mari, préparent près de 200 choristes au Requiem de Karl Jenkins. Ils seront accompagnés par 80 musiciens. Ce sera un des événements musicaux majeurs de la rentrée, programmé le 17 novembre dans la région.
De nombreux projets en 2013
« Mais les projets 2013 de l’Ensemble sont d’ores et déjà fixés », confie la présidente du chœur, Hermine Lamy. Et quels projets ! « La direction musicale a concocté un très beau programme de musique baroque internationale. »
On connaît toutes les qualités de ce nouvel ensemble, où les choristes de la région sont venus rejoindre rapidement la jeune formation du chœur.
Malgorzata et Éric Digaud ont une grande qualité en symbiose : ils forment les choristes de manière rigoureuse, stimulante et joyeuse.
« Tout au long de cette année, des masters classes ont été donnés pour acquérir de nouvelles techniques vocales, ayant particulièrement trait au chant baroque ». L’adhésion de l’ensemble a été totale.
L’Ensemble Jean-Philippe Rameau pourra, une fois de plus, compter sur la collaboration de l’Orchestre à cordes du Pays de Gex. Trois concerts en mai 2013 sont déjà fixés, d’autres dates sont susceptibles de s’y ajouter.
Un programme riche et varié
Le futur programme est riche et varié avec des œuvres de Gregorio Allegri, Francisco Lopez Capillas, la Missa Super O Gloriosa Domina, de Marcin Mielczewski et un Gloria de Vivaldi, le moins connu, dont la “polyphonie”, écrite au début des années 1700, fera connaître une deuxième version du célèbre Gloria.
Créé il y a juste un an par Malgorzata et Éric Digaud, l’Ensemble Jean-Philippe Rameau, chœur classique d’une cinquantaine de choristes, peut faire une rétrospective réjouissante de ses activités.
Quatre concerts donnés au printemps et en été 2012, en collaboration avec l’Orchestre à cordes du Pays de Gex, ont mis en valeur le Requiem à travers les siècles. Le chant grégorien a capella, des extraits du Requiem contemporain de Jenkins et le magnifique De Profundis du compositeur baroque M.R. Delalande, ont conquis un public nombreux et enthousiaste. Les derniers concerts ont apporté la preuve que « le pari de l’excellence a été gagné : qualité vocale du chœur, prestation professionnelle des solistes et interprétation délicate d’une suite de Charpentier par l’Orchestre à cordes du Pays de Gex ont été au rendez-vous », comme le soulignait Hermine Lamy, présidente du chœur.
La programmation future partira à la découverte d’une nouvelle conquête de la musique baroque.
Le chantre romain Gregorio Allegri a composé son fameux Miserere au 17 e siècle. Jusqu’au 18 e, le Vatican s’est réservé l’exclusivité de cette œuvre chantée uniquement à la chapelle Sixtine, la semaine sainte.
Le Miserere a conservé sa réputation de mystère et d’inaccessibilité. Il est un vrai défi pour les soprani et demande une maîtrise parfaite de la voix.
Le chœur passera de Rome à Mexico City au 17 e siècle avec Francisco Lopez Capillas, le compositeur le plus prolifique de messes baroques de son pays. Le motet Alléluia. “Dic nobis, Maria” est considéré comme un chant à quatre voix sophistiqué.
Malgorzata Digaud fera aussi découvrir un musicien de son pays natal. Marcin Mielczewski, considéré comme le “Monteverdi polonais”, avec la riche Missa Super O Gloriosa Domina datant du 17 e pour voix et instrument.